Comment créer un catalogue facilement, en 4 étapes

Bravo (et merci) d’être arrivé jusqu’ici 🥳 Après avoir évoqué l’intérêt d’un catalogue, et comment une solution de en page automatique pouvait vous aider à le concevoir rapidement et simplement, abordons maintenant un dernier point : comment créer son catalogue automatiquement, en 4 étapes. 

Vous saurez tout ensuite sur le catalogue et sa conception automatisée, et aurez toutes les cartes en main pour décider !

De votre base de données à votre catalogue, les étapes-clé de la mise en page automatique

Faire le choix de la mise en page automatique constitue un tournant important dans vos méthodes de travail. Il convient donc d’en savoir davantage sur ce processus. 

Nous nous proposons de vous en détailler les étapes et les enjeux.

4 étapes pour automatiser création catalogue

1. Au commencement, le PIM ou la base de données produits

Base de données pour catalogue automatique

Pour créer facilement votre catalogue automatisé, le point de départ nécessaire est votre propre base de données produits. 

Celle-ci peut prendre différentes formes : 

  • fichier graphique du type Adobe InDesign
  • tableur Excel ou fichier CSV
  • fichier XML
  • base de données issue de votre ERP

Une fois sélectionnées les données produit dont vous souhaitez l’intégration dans un catalogue, un simple export suffit. Par exemple, cet export peut contenir les informations d’arborescence, de description produit, de tarif, de packaging, de code barres, etc.

Evidemment , il ne faudra pas faire l’économie des images, photos, schémas techniques, ambiances que vous souhaitez intégrer dans votre catalogue automatisé. Nous recommandons, dans le cadre d’un catalogue imprimé, des images de haute qualité, c’est-à-dire environ 200 à 300 dpi. Si vous n’avez pas encore ces images (par exemple en l’attente d’un shooting), pas d’inquiétude ! Les maquettes peuvent juste contenir l’indication d’une image à venir, qui sera téléversée ensuite dans la base de donnée, mettant automatiquement à jour le catalogue !

Là où la “magie” commence à opérer, c’est qu’à partir de votre base de données, nous créons un connecteur vers l’outil de création graphique et de mise en page (Adobe InDesign). Ce connecteur va injecter automatiquement la base de données vers les maquettes du catalogue (voir étape 2).

Point fort de notre solution Mosaïq Print : nous sommes experts de la donnée produit et pouvons donc nous connecter à tout type de base de données, d’outil ERP ou PIM. Et nos chefs de studio peuvent vous accompagner de manière renforcée à la constitution d’une base propre.

Si, en bonus, vous avez installé notre solution Mosaïq PIM, c’est encore plus de temps gagné et de facilité grâce à l’interopérabilité des outils de notre suite Mosaïq ! 

A ce stade, il est important d’insister sur l’importance d’une bonne préparation de votre projet d’automatisation.

Lors de la conception d’un catalogue de manière classique, les débuts sont en général très progressifs, et la charge de travail (ainsi que le stress et les erreurs) augmentent au fur et à mesure du projet.

Dans le cadre de l’automatisation de votre catalogue, c’est l’inverse !  C’est au départ que votre attention et votre rigueur est requise, que le travail est minutieux, et le projet va de plus en plus vite et de plus en plus facilement par la suite (ce qui explique aussi pourquoi des déclinaisons et mises à jour de catalogue automatisé sont simple et bon marché, le gros du travail ayant déjà été effectué lors de la première version de votre support…)

La phase de pré-projet sera donc la plus longue et la plus importante, car, nous l’avons vu, il s’agit de disposer d’une base de données structurée ! L’objectif est de centraliser tous les items (et pas forcément les contenus finalisés !) de votre futur catalogue dans un référentiel produits, qui servira de base interconnectée à votre futur catalogue.

Cela implique :

  • pour chaque produit, connaitre tous les champs de données que vous souhaitez dans le catalogue
  • concevoir l’arborescence de votre catalogue : collections, sous-collections, packages de produits,…

Pas d’inquiétude ! L’équipe Mosaïq vous accompagne de manière renforcée lors de cette étape cruciale, et effectue un audit de votre base de données existante, des travaux d’optimisation, vous conseille sur l’enrichissement des données. L’assurance de mettre le projet sur les bons rails !

2. La création des maquettes dynamiques

Création graphique templates catalogue automatique

Après constitution ou consolidation de votre base de données produits (ce qui peut aller très vite si vous disposez d’un PIM), nous entrons dans la phase opérationnelle de création des maquettes du catalogue.

Il s’agit, au cours de cette phase, de concevoir les maquettes des pages de votre catalogue. Entre en jeu une équipe graphique, soit en interne, soit en externe, auprès de votre agence de communication, ou auprès de nos propres chefs de studio Mosaïq.

Selon votre brief et votre existant, ces maquettes pourront partir d’une page blanche, ou bien reprendre tout ou partie de votre charte graphique. Quoi qu’il en soit, le rôle du graphiste sera de coucher vos idées sur maquettes, tout en veillant à la bonne organisation des informations produits dans le but de produire un résultat non seulement impactant, mais également clair pour vos futurs lecteurs.

Gardez à l’idée que mise en page automatique ne rime pas avec limitations graphiques, en tout cas chez Mosaïq ! Vous conservez une totale liberté artistique pour que votre catalogue produits matche vos attentes opérationnelle et votre vision.

Le graphiste une fois briefé, il commencera à travailler des pages comme :

  • les fiches produits : il s’agit de mettre en forme les contenus et produits répétitifs à l’identique, et donc automatisables
  • l’organisation interne du catalogue :  table des matières ou index, onglets, catégories, etc,…
  • les pages marketing : édito, mise en situation, pages de garde, pages de catégories,…

Une fois les maquettes crées et validées, peut commencer le processus de mise en page automatique du catalogue.

3. La mise en page automatique du catalogue

Mise en page automatique catalogue

Une fois les premières maquettes créées dans InDesign, le processus de mise en page automatique peut commencer?

Comment fonctionne cette mise en page automatique ? Rappelons-nous qu’un connecteur existe entre la base de données produits et l’outil de mise en page. Ce dernier va récupérer grâce au connecteur toutes les données produits, et les positionner dans les maquettes graphiques en respectant la disposition que votre graphiste a précédemment définie.

Lors de ce premier import des données produits, on obtient un brut d’assemblage, qui constitue un échantillon plus ou moins complet de ce que sera votre futur catalogue.

A partir de ce brut, le graphiste vérifie le bon positionnement des informations produits, des images, des différents contenus,… Il procède ensuite à la phase dite de l’équilibrage des blancs le cas échéant, en effectuant des tests de variantes et des ajustements pour optimiser le remplissage des pages.

Enfin, le graphiste travaille sur l’ajouts d’éléments non automatisables (par exemple les pages de contenus marketing).

Laissons Anthony, notre chef de studio, expliquer en moins de 2 minutes comment la magie de la mise en page automatique s’opère…

4. La livraison du catalogue prêt pour impression

Finalisation création catalogue mise en page automatique

Après les différents allers-retours de correction et d’ajustement (avec à chaque itération un brut d’assemblage de votre catalogue), nous entrons dans la dernière phase de votre projet : la finalisation et la livraison de votre catalogue.

La maquette est finie ou presque, les dernières données ou photos que vous attendiez sont intégrées au catalogue. Ne restent que d’éventuelles retouches finales, et l’ajout des parties statiques et des index ou tables des matières.

N’oubliez pas qu’en cas d’ajout ou de modification de dernière minute, il ne faut pas hésiter !  L’automatisation de votre catalogue permet en effet de rafraîchir votre contenu en mettant tout simplement à jour votre base de données, qui sera à nouveau automatiquement injectée dans vos gabarits de page.

Pour que vous puissiez exploiter sereinement votre catalogue, nous vous conseillons de demander au moins deux formats finis différents :

  • un PDF haute définition pour l’imprimeur
  • un PDF basse définition pour le Web

Et voilà, vous disposez à présent d’un catalogue tout beau tout neuf, dans des délais et avec un budget beaucoup plus intéressants qu’avec une mise en page traditionnelle ! De plus, la base de données utilisée pour ce catalogue est évidemment prête à être mise à jour, pour décliner encore plus vite les prochaines versions de votre support print, ou même servir à d’autres stratégies multicanales !

En résumé :

L’automatisation d’un catalogue est un processus simple et très rentable, qui nécessite toutefois une maîtrise technique importante.

Les gains de cette méthode de conception sont cependant tels qu’il y a véritablement un avant/après.

Pour vous en convaincre, un coup d’oeil à nos références ou une demande de démonstration suffiront.

Maintenant, à vous de jouer ! 

Créons ensemble votre prochain catalogue ! 

Ils ont choisi Mosaïq Print

Avec la mise en page automatique de Mosaïq Print, nos clients ont gagné du temps, optimisé leur budget et gardé leur sérénité

Référence Normark par Mosaïq
Bequet Logo

ET SI C’ÉTAIT VOTRE TOUR ?

Envie d’en savoir plus ? ou déjà prêt à vous lancer ?

Nous sommes impatients d’échanger avec vous sur votre prochain projet.